La pratique de la « dispute » dans les universités médiévales a donné lieu à un genre littéraire particulier, la Question. Ce genre est caractérisé par la production d’arguments pour ou contre la thèse soumise à questionnement, avant que l’auteur ne développe sa propre réponse. Ce genre est courant en philosophie et en théologie. Mais présenter un problème mathématique sous la forme d’une Question peut sembler paradoxal : cela conduit en effet à la production de démonstrations fausses. Nous examinerons trois textes des XIVe et XVe siècles dans lesquels est posée la question de l’incommensurabilité de la diagonale et du côté d’un même carré : Les questions sur la géométrie d’Euclide de Nicole Oresme, une question anonyme dont le manuscrit est daté du XVe siècle et les Questions sur le traité des rapports de Thomas Bradwardine rédigées par Blaise de Parme. Nous établirons une filiation entre ces trois textes. Nous montrerons comment s’articule le contenu mathématique avec le genre littéraire de la Question. Nous porterons une attention particulière aux démonstrations fausses sur le statut desquelles nous nous interrogerons. Et nous nous demanderons quel lien entretiennent ces textes avec un éventuel enseignement.

The practice of the disputatio in the medieval universities gave rise to a particular literary genre, the questio. This genre is caracterised by the production of arguments in favour of or against the thesis submitted for questio, before the author develops his own answer. This genre is common to philosophy and theology. But to present a mathematical problem in the form of the questio may seem paradoxical since it leads to the production of false proofs. We shall examine three texts of the 14th and 15th centuries in which is raised the question of the incommensurability of the diagonal and the side of a square: Nicole Oresme’s Questions on the geometry of Euclid, an anonymous question from a 15th century manuscript and Blasius of Parma’s Questions on Thomas Bradwardine’s treatise on ratios. We shall establish a relationship between these three texts. We will show how the mathematical content is combined with the literary genre of the questio. We shall particularly concentrate on the false proofs and consider their status. Finally, we shall ask ourselves how these texts are linked with a possible didactic purpose.

Retour à la liste des publications